RSS
RSS




Partagez|

Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
GondorGondor
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 863

♦ Localisation : Sur les routes de la Terre du Milieu
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 21:58



Isilthiel Telcontar

feat. Richard Armitage

               

   
© Lancy
48 ans • Héritier du trône en exil • Célibataire • Gondor

• Isilthiel n’a pas toujours été l’homme taciturne qu’il est désormais. Autrefois, il était débordant de vie et de joie, surtout enfant. Les années passées aux côtés d’un père niant son existence et aux frasques honteuses le façonnèrent petit à petit. La mort de sa mère contribua sans aucun doute à le pousser dans l’obscurité et même s’il revit la lumière auprès d’Ellinde Gamedras, ce ne fût que pour y retourner plus avant lorsque les évènements du destin la lui retirèrent et ce peut-être à jamais.
• Homme honorable et mu d’un grand respect, l’héritier du Gondor se faisait violence pour ne pas tomber dans l’adultère qu’il réprouve avec véhémence. Aujourd’hui, il peut plus aisément le concevoir, mais est loin de le pardonner que ce soit à lui-même ou envers toute autre personne.
• Les années d’exil l’on marqué à la fois physiquement avec l’apparition de cette allure quelque peu négligée s’apparentant probablement plus aux anciens rôdeurs du nord, mais également moralement. C’est aujourd’hui un homme solitaire qui parcourt la Terre du Milieu en quête de sa propre rédemption et loin de toute forme de politique. Cependant, il peut ainsi écouter et observer le peuple qui souffre et qui fomente silencieusement quelques rébellions qui sans doute ne verront jamais le jour.
• Depuis son enfance, Isilthiel est particulièrement doué en stratégie, notamment pour échapper à ses précepteurs. C’est une de ses nombreuses qualités, mais non content d’être un stratège affirmé, il est également un combattant émérite n’ayant rien à envier aux meilleurs guerriers. Doué avec les lames comme avec un arc, il s’inscrit dans la lignée des héritiers du Gondor comme un futur roi actif sur tous les plans.
•C’est un homme débrouillard, même s’il était déjà assez enfant, il dû l’être d’avantage après son envoie en exil. La chasse n’a plus de secret pour lui et il marchande volontiers avec les commerçants qui se trouvent sur sa route. Il a certes en poche une petite quantité d’or, mais il ne l’utilise quand cas d’extrême urgence.
• Cette vie simple lui sied pour ce qu’il en sait actuellement, il aime vivre sans être connu ou reconnu du peuple. Malgré tout, il lui arrive de trouver refuge chez quelques seigneurs de la région lorsqu’il est trop épuisé, blessé ou malade. Il se fait reconnaître au collier orné de l’étoile du soir que lui a donné sa mère. Un bien précieux qui se passe de génération en génération. Il l’offrira un jour à sa femme, qu’il espère secrètement être Ellinde, mais les années passent et rien ne semble aller dans ce sens.
• Isilthiel voyage seul et libre de toutes relations humaines, il compte sur la compagnie de son entier noir, Isen et sur le chien-loup blanc, Elessar et personne d’autre pour l’instant. Il a souvent refusé les propositions de nombreux fils nobles de l’accompagné par amitié et allégeance. Le souhait du Telcontar est de rester le plus introuvable possible pour son géniteur et son oncle, en qui il voit désormais des ennemis potentiel. Surtout en ce qui concerne ce dernier, car il sait qu’il n’y a que lui qui était au courant de sa relation adultère avec Ellinde.
               
   


   
Derrière le pc

               
Salutations nobles joueurs, je suis Lancy Orca. Ancienne fondatrice de The Fallen Age & de So Dark the Con of Man (pour les plus vieux), j'ai contribué à aider Vox, Ivy et Calli dans le montage de ce petit bijou. J'ai 24 ans, actuellement au chômage et je compte reprendre des études. Ma présence se fait donc en fonction de tout ceci. J'ai hâte de vous rencontrez tous que ce soit en RP ou en HRP. Bon jeu à tous! et aussi à moi  
   


   
Code:
RICHARD ARMITAGE [color=#990000]♦[/color] [i]Isilthiel Telcontar[/i]
   
code (c) Auril sur base de crackle bones

   


Dernière édition par Isilthiel Telcontar le Mer 22 Avr - 17:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GondorGondor
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 863

♦ Localisation : Sur les routes de la Terre du Milieu
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 21:59




   
Histoire

Lotielle • Alleresse au service de sa Majesté

C'était une nuit sombre et orageuse comme il y en a très souvent en été, le vent était d'ailleurs si fort, qu'il faisait claquer les volets extérieurs contre les murs, rendant l'atmosphère oppressante et étouffante. Dans le palais de Minas Tirith, des cris raisonnaient dans tous les couloirs, au point que l'on aurait pu croire que même le bas de la cité pouvait les entendre. Ces cris étaient ceux d'une femme qui pour la première fois de son existence entreprenait de faire la plus belle chose du monde, cette chose dont elles seules ont le secret et le pouvoir : donner la vie. La reine avait longtemps été considérée infertile, car après autant d'années de mariage, son ventre n'avait pas encore grossi. En vérité, mon bon seigneur, vous l'apprendrez bien vite, mais votre mère était délaissée par son mari et elle était encore ce soir-là même où elle vous mit au monde. Les cris, les larmes et la douleur durèrent un long moment mais, ne vous en fais pas ces larmes elles n'étaient pas de tristesse, mais bien un subtile mélange de joie teintée de douleur que seules les femmes savent produire. Que le Créateur suprême me pardonne d'ailleurs, j'ai cru longtemps que je perdrais l'un des deux, tant cela me parut une éternité. Enfin, vint la délivrance, la naissance d'un fils héritier pour la famille royale, vous petite chose fragile, remuante et hurlante. Qui aurait pu se douter ce jour, qu'un lourd fardeau allait un jour venir se poser sur vos épaules. Qui se serait douté que l'heureux poupon allait vivre de grandes tragédies. Malgré son épuisement visible, votre mère, la reine, tendit ses bras tremblants vers vous pour vous serrer contre son coeur. Elle vous couvait déjà du regard, le seul enfant qu'il lui fût donné en ce monde. Elle écarta une mèche de cheveux de jais semblable aux siens et murmura avec tendresse le nom qu'elle souhaitait vous donner : Isilthiel. Lorsque, je quittais la chambre au petit matin, vous reposiez contre le sein maternel, calme, serein et profondément endormi en serrant une mèche de cheveux bouclé dans votre minuscule main. Dans le couloir, je croisais alors une jeune femme dévêtue, rosie par sa nuit torride de liaison charnelle et dans son sillage votre père, le roi. Il ne demanda même pas, je lui annonçais seulement : « Votre Majesté a un fils en bonne santé. » Et je quittais le palais de Minas Tirith, sans plus de détails, simplement comblée d'avoir fait mon travail.

Isildur Telcontar • Père d’Isilthiel & roi du royaume unifié

Des cheveux ailes de corbeaux et des yeux de glaces rieurs, voilà tout ce que je voyais en toi, fils lorsque je te croisais dans les couloirs du palais. Suivait toujours quelqu'un qui tentait de te rattraper en riant la plupart du temps. Qu'il y avait-il de si drôle dans ces jeux puérils ou dans ce petit être qui ne savait même pas encore lire. Pourtant, tu inspirais la joie et la bonne humeur à tous ceux que tu croisais, alors que moi j'inspire craintes et respects. Un gamin rieur et joueur pourrait-il faire un bon roi ? J'en doutais assez et j'en douterais toujours. Malgré une santé de fer, ton allure générale me faisait toujours voir en toi un enfant chétif et je n'espérais même pas que tu puisses vivre plus de quelques années. Les enfants n'ont jamais été ma préoccupation première et encore moins ceux qui ne connaissent pas le calme et la tempérance. Alors, que tu venais de me percuter en glissant sur le sol du couloir, j'ai posé sur toi un regard dur. Toi qui souriait quelques secondes plus tôt, tu cessas toutes émotions et baissa les yeux. Arriva alors ta mère, mon épouse qui avait satisfait aux attentes du royaume et qui désormais ne représentait plus aucun intérêt. « Il serait temps que votre fils apprenne à se comporter en prince et non en enfant des rues ! » Elle baissa les yeux respectueusement avant de final les relever vers moi d'un air que je ne lui connaissais pas. « Pardonnez lui, Majesté, il n'a que trois ans, quels miracles pourrait-il accomplir ? Que redoutez-vous chez lui qui vous fait le fuir ou le repousser ? Craindriez-vous que d'aventure, ce bambin vous fasse découvrir que vous avez un coeur et que vous soyez capable de l'aimer ? » L'amour, cela est bien une affaire de femme. Je me pliais pour te ramasser, enfant, avant de te regarder dans les yeux pendant quelques instants. Un beau sourire vient orner tes lèvres roses et tu posas ta main sur ma joue en signe d'affection. Cela en était de trop, peut-être avait-elle raison cette mégère. Aussi, je te rendais prestement à elle et tournait les talons. « Faites-en ce que vous voulez, mais qu'il ne m'importune plus. Je n'ai que faire d'un fils qui ne sert aucunement mes intérêts, nous en rediscuterons lorsqu'il aura seize ans accomplis ! » Aujourd'hui encore, ce moment d'intimité me hante la nuit, je revois ses yeux de glace et ce tendre sourire, celui d'un fils aimant pour un père trop lâche. Pour toujours et à jamais, je regretterais de ne pas avoir été le père que cet enfant attendait et espérait.

Albosur • Précepteur royal

« Discipline, obéissance et travail, mon prince, c'est tout ce que vous devez accomplir ! Lisez maintenant ! » Mon ton était froid et sec, je vous observais soupirer en tortillant une mèche de vos cheveux ébènes, alors que votre nez était plongé dans le livre de lecture que je vous avais imposé. Nul ne pouvait prétendre venir à bout de votre patience, mise à part les textes trop rébarbatifs. Ô je savais pertinemment que seul les contes, légendes et autres mythes oubliés pouvaient réellement vous motiver à la lecture, mais votre près avait expressément demandé à ce que votre éducation soit faites pour que dès l'âge de douze avant vous ayez connaissance des lois de notre monde. En vous entendant bûcher à chaque fois sur le même mot, j'abattais ma longue latte de bois sur le livre ouvert et vous voyait ainsi sursauté. « Non, non et non ! Vous n'êtes qu'un bon à rien ! Combien de fois vous ais-je dis que cela se prononçait : constitutionnel ? » Vous avez alors baissé les yeux et vos doigts ce sont crispés sur la page parcheminé de l'épais volume. Une larme s'est éteinte sur l'encre sèche depuis des millénaires. Je m'attendais à des cris et des pleures vigoureuses comment nombre d'enfants auraient poussé, mais il n'y avait que le silence et les larmes qui tombaient une à une, dans un léger 'ploc' pour étendre l'humidité. « Pardonnez-moi, maître, je ferais mieux, je le promets... » Le soleil se couchait de l'autre côté des fenêtres et vous repreniez la lecture entre deux reniflements pour sécher vos larmes. Jamais je n'eus entendu de votre bouche des excuses d'enfants. Jamais vous n'appeliez votre mère. Pourtant, si vous buttiez ainsi c'était uniquement dû à la fatigue, mais les cours ne pouvaient se finir que lorsque le roi en donnait l'ordre. Parfois, cela durait jusqu'au début de la nuit, quand il avait fini de s'amuser avec l'une de ses petites oies. Il m'arrivait de me demander comment vous faisiez pour vous lever chaque matin sans rechigner pour vous rendre à vos leçons, mais j'ai appris avec le temps, que ce n'était que dans l'espoir de voir un jour votre père s'occuper de vous. Mon cher enfant, si vous saviez seulement à l'époque ce qui adviendrait, vous n'auriez jamais eu ce fol espoir. Il m'arrivait d'assister à vos entraînements militaires et j'étais ravi de constater que vous mettiez autant d'ardeur et de volonté à apprendre cette matière que celle que j'enseignais. Je n'en douterais jamais, vous serez un jour un bien meilleur souverain que votre géniteur.

Aniel Telcontar • Mère d’Isilthiel & Reine du royaume unifié

Je me reposais au jardin cet après-midi-là, l'âge me rattrapait petit à petit. Je venais de fêter mes cinquante-cinq ans, je me trouvais déjà vieille et le temps n'allait pas faire en sorte que cela s'arrange. Les années n'avaient pas été tendre avec moi et elle ne le serait pas non plus avec toi, mon fils. Je me souviens t'avoir vu, jeune garçon de quinze ans arpenter les allées des jardins particulièrement énervé, le regard ombrageux comme un ciel d'orage. Je me suis levée pour aller à ta rencontre et t'arrêter d'un geste tendre. « Isilthiel. » D'un mouvement brusque d'épaule, tu me fis retirer ma main et me tourna le dos. Il était loin le temps où tu n'étais qu'un bambin qui courrait dans les couloirs ou se cachait sous mes jupes pour échapper au précepteur. Bientôt, tu serais un homme fait et ton père risquait fort de tenter de faire de toi sa marionnette. Je l'ignorais encore, mais il n'en serait probablement jamais ainsi, à mon grand bonheur. « Jusqu'ici, j'ignorais, maintenant je sais... » Mon coeur se serra un instant, qu'avait-il pu se passer dans ces murs que je ne fusse pas encore au courant. « De quoi parles-tu, mon fils ? » Lentement, je reposais ma main sur ton épaule aux muscles si contractés que je craignais que tu ne te retournes pour me frapper. « Pourquoi... pourquoi je n'ai ni frère, ni soeur... » Ainsi, avais-tu traîné du côté des appartements du roi, ainsi tu avais fini par comprendre l'attrait de ton père pour la chair tendre des femmes, mais pas pour la mienne. « Les rois prennent ce qu'ils veulent, Isilthiel, mais choisissent rarement leurs épouses et elles doivent accepter. » D'un mouvement rapide, tu te retournais vers moi, le visage teinté d'incompréhension, mais également de dégoût. « Moi, je n'accepte pas. Qu'il le cache du moins alors, au lieu de vous insulter de la sorte ! C'est ignoble! » Tu détournas le regard et je ne pus réfréner les paroles qui sortirent de ma bouche. « La nuit même de ta naissance, il était avec l'une d'elle. » Peut-être aurais-je dû me taire, mais le mal était fait. Jamais plus tu ne croisas le regard de ton père de la même manière, plus jamais tu n'étais aussi obéissant avec lui. Je n'ai jamais voulu cela, j'ai toujours été une femme simple et sans prétention... mais avec un mari qui me faisait pleurer chaque jour et chaque nuit. « Soit bon avec ta future épouse, mon fils, car je puis affirmer que tu ne la choisiras pas et peut-être même que tu ne l'aimeras pas, mais ne la délaisse pas. Souviens-toi de mon calvaire, je ne le souhaite à aucune fiancée. » Et lorsque tu as hoché la tête, j'étais persuadé que tu le ferais. Le temps qui nous restait était si court, je ne le savais pas encore, mais j'ai quitté ce monde l'âme sereine envers ma future belle-fille. Quelques mois après cette discussion, tu passas devant le Patre Suprême pour la cérémonie de l’offrande et ton père n’avait évidemment rien trouvé de mieux que de t’offrir une prostituée pour ton passage à l’âge adulte. Le lendemain, elle quitta ta chambre sans un mot et jamais tu n’abordas le sujet avec personne. L’avais-tu touchée ou payée pour quelle fasse un bon rapport au roi ? Ton père, lui, paru enchanté de ce qu’elle lui murmura et de ce petit coup d’éclat contre moi.

Isencas • serviteur du roi

Le roi était posé sur son trône dans la salle blanche. Moi, comme toujours, je me tenais en retrait non loin de lui près à remplir chacune des tâches qu'il me confierait et la dernière était de faire servir son repas sur la grande table de bois noir. Le prince héritier se tenait en bas du trône comme un simple soldat convoqué, car tel était le cas. Votre père venait de vous apprendre vos futures épousailles avec une fille de bonne famille, la jeune Ellinde Gamedras et cela n'eut guère l'air de vous séduire. « C'est une enfant que vous me donnez là, Père. » Le roi descendit les escaliers de marbre pour aller s'attabler à son fastueux repas auquel personne d'autre que lui n'était convié. « Les enfants grandissent, tu en es bien la preuve non ? Cette petite fleurira un jour et elle sera une femme. Son père gage qu'elle aura tout pour faire une reine, alors oui, je t'offre une fillette pour le bien du royaume. » Vous vous êtes alors avancé vers la table du roi pour y poser vos mains et vous appuyer dessus. « Et si je refuse d'aller la rencontrer ? » Lanciez-vous sur un ton de défi. Ce n'était pas la première fois que vous teniez tête à votre père. Depuis votre entrée dans la vie d'homme, vous aviez de nombreuses fois refusez de servir d'émissaire, arguant qu'il y avait assez de diplomate pour cela, ou encore refuser de participer aux tournois, justifiant cela par le fait que vous ne vouliez pas que vos ennemis sachent de quoi vous étiez capable. Personne ne le savait sans doute, mais j'entendais parfois le roi dire à quel point il admirait cette force de caractère en vous et la façon dont vous l'exprimiez. « Tu iras. C'est désormais ton devoir, à moins qu'un voyage vers le Rohan ne t'effraie, mon fils. Pour quelqu'un qui, en dix années, a fait le tour de notre royaume, je trouve cela bien étonnant. » Railla alors le roi. Un soupire s'échappa d'entre vos lèvres et vous vous êtes redressé et tourné pour vous appuyer contre la table. « Supposons que j'accepte, j'y mets une condition. » Isildur posa alors sa coupe et vous fixa intensément, pour vous signifier de continuer. « Je ne veux pas la voir avant qu'elle soit une femme. Pas tant qu'elle n'a pas fleuri comme vous dites si poétiquement. Que pourrais-je bien trouvé d'attirant à une enfant sans forme ? Si, je dois voir ma future épouse, qu'elle en ait au moins l'apparence. » Un lourd silence s'est alors installé dans cette salle blanche et froide. Je doutais fortement que le roi accepte cette condition. « Je me demande parfois, si seulement les femmes t'attirent, Isilthiel. » Dit-il sur un ton monocorde et tranchant. « Elles m'attirent, ne vous en faites donc pas, vous aurez vos petits-enfants et la lignée se perpétuera, j'ai seulement la décence de ne pas étaler mes conquêtes aux yeux de tous. Alors, que dites-vous ? » Un garde fit un léger mouvement, probablement dû à une crampe, mais cela raisonna dans la salle silencieuse. « Qu'il en soit ainsi, mais je veux que tu l'épouses lorsqu'elle aura seize ans révolu, qu'elle ait fleurit ou pas. Je me fais bien comprendre ? » Vous vous redressiez de toute votre imposante taille. « Absolument, Père. » Une brève révérence et vous quittiez la salle à la hâte. J'entendis alors le roi marmonner dans sa barbe. « Têtu comme une mule...mais il n'a pas tort... il n'a pas tort... »

Saina • Chambrière de la reine

Elle était là, allongée dans son lit, ses beaux cheveux noirs s'étaient changés en gris au fil des années. La reine n'était plus la belle jeune femme qu'elle était, la vie l'avait consumée jusqu'à l'os. Dans cette chambre assombrie par les épais rideaux, une simple chandelle éclairait la pièce où je me tenais en votre compagnie et la sienne. Le médecin avait été formel, l'heure approchait à grands pas et cela faisait désormais deux jours que vous ne quittiez plus le chevet de votre mère. Vos mains enlacées, votre tête posée contre son épaule, le silence était complet et on n'osait le dérangé. Soudain, la reine prit la parole avec quelques difficultés pour s'adresser à vous. « Soit bon et clément, mon enfant, ne juge pas les gens trop durement et cela vaut avec toi-même. » Les derniers mots me furent inaudibles, à demi chuchotés pour que seul vous les entendiez et puis, la reine expira, rejoignant ses aïeux et les Valars. Il n'y eut plus un bruit, même pas un sanglot et pourtant je devinais que les larmes étaient nombreuses sur vos joues cachées dans les cheveux gris de la défunte. Les minutes ont passé, il était temps de laisser les embaumeurs faire leur travail. Alors, qu'il choisissait une robe pour elle, vous vous êtes interposé. « Non, pas la rouge, elle détestait cette couleur… la bleue, elle a toujours été sa préférée… » Frôlant le tissu des doigts, vous avez ensuite disparu par la porte entrouverte à grandes foulées, pour aller vous terrer dans vos propres appartements. On ne vous revit que le jour de l’enterrement, vêtu de noir des pieds à la tête. Cette couleur sembla  être devenue la vôtre, car on ne vous revit jamais vêtu autrement qu’avec des vêtements sombres. Quelque chose venait de mourir avec votre mère et à ce jour personne ne pouvait expliquer quoi. Le lendemain, vous aviez plié baguage pour rejoindre le Rohan. Vous aviez une mission à remplir, tout le monde savait venu le temps de la floraison de la fiancée et avec elle le respect d’une promesse. Peut-être que ce voyage vous apporterait de la satisfaction et un peu de baume à mettre sur votre cœur blessé. C’était du moins l’espoir de beaucoup de vos amis et serviteurs.

Gerwys • écuyer d’Isilthiel

Quel privilège me fût donné d'assister à la naissance de cette magnifique idylle. Je me souviens de la première rencontre avec Lady Ellinde, certes les convenances habituelles et la courtoisie furent de mise. Vous sembliez tout deux réticences, mais qui ne le serait pas quand ce n'est pas par choix que les fiançailles ont eu lieux ? Petit à petit, j'ai vu naître la complicité entre vous, les taquineries et enfin les regards tendres. Je confierais même que j'ai assisté à l'un de vos premiers timides baisers, caché derrière la porte de l'écurie. Lorsque j'en parlais aux autres servant dans les cuisines du palais blanc, beaucoup disait que la belle Rohir avait réussi à faire revivre en vous cette infime partie disparue avec votre mère. Il n'est pas donné à tout le monde d'aimer sa promise et plusieurs fois, vous m'avez confié que vous vous saviez chanceux de l'être. La belle Ellinde atteignit l'âge de seize ans et les noces furent donc annoncées. En bon prince, vous vous êtes déplacé en avance sur votre père pour venir cueillir la belle par un beau matin de printemps, prêt à l'emmener à la capitale pour fêter les épousailles avec la bénédiction de toute la famille Gamedras. Hélas, si je fus témoin de votre bonheur, je le fus également de votre malheur. Le roi arriva ce matin-là et fit la connaissance de sa future belle-fille. Pour lui plaire, elle lui plut énormément, si bien qu'il décida de l'épouser lui-même, se trouvant encore dans la fleur de l'âge. Personne n'osa rien dire, sauf vous-même, mais les protestations furent vaines. Le retour vers la cité blanche ne se fit pas sans heurts et malgré des arguments convainquant, le roi campa sur ses décisions. Un roi prend ce qu'il veut, après tout.  À la sortie de l'une de ses disputes, je m'enquis de votre malaise et vous me répondiez. « Elle n'est plus aussi innocente qu'il le croit, mais il refuse de l'entendre.» C'était là tout le malheur de ceux que l'on surnommerait un jour les amants maudits. Le mariage eut lieu quelques jours après le retour à Minas Tirith, les suppliques étaient restées vaines et sans oreilles attentives. À la fin du banquet, alors que les nouveaux époux s'en allaient partager leur nuit de noces, vous vous tourniez vers moi. « Selle mon cheval, nous partons. Soit discret. » Je n'osais demander où, mais je savais pourquoi... Je n'osais imaginer les ravages dans votre coeur à cet instant maudit. Nous nous sommes enfuis à la faveur de la nuit, sans jamais nous retourner, vers une destination inconnue, pour échapper à la douleur qui ravageait pourtant vos traits.

Irolir Telcontar • Grand Prêtre de Minas Tirith & oncle d’Isilthiel

Tu n'aurais jamais dû revenir, mon cher neveu, la tentation était si forte. La soif de vengeance aussi peut-être et je connais si bien cela. Je t'observais depuis ton retour, t'occupant de son frère bâtard avec la bonté et la patience d'un père. Je te voyais aussi tenter de fuir les moments trop intimes avec la reine. Ô combien il me fût aisé de donner la dernière impulsion qui vous fît tomber dans les bras l'un de l'autre. Je promettais de ne rien dire, de prier le grand Ilùvatar qu'il vous pardonne. Je vous assurais qu'il le ferait, car il ne pouvait qu'approuver la célébration de l'amour véritable. En réalité, vous étiez déjà devenu l'objet de ma propre vengeance et d'avance je m'en délectais. Lorsque le temps vient, je m'en allais quérir l'oreille attentive de mon frère, le roi. Sa femme ne lui donnait point d'enfant et il soupçonnait déjà quelque manoeuvre de sa part. Il était dès lors aisé de le persuader qu'elle avait un amant et de proposer mes services pour découvrir de qui il s'agissait. Quelques semaines plus tard, je l'invitais à se rendre dans la chambre d'Ellinde, où te surpri dans son lit, enlacé à elle, nu comme au premier jour. Le piège s'était refermé sur toi, cher neveu. Les gardes te tirèrent sur un ordre de sa part jusqu'à tes appartements où tu reçus l'ordre de te vêtir avant que l'on ne t'enferme pendant un jour et une nuit. Tu comparus alors devant un père dénué de toute clémence et lorsqu'il te donna l'occasion de te justifier, tu frappas les gens de stupeur. « Tout ce que j'ai fait, je l'ai fait par amour et ne le regrette. Cela, vous ne pouvez le comprendre, Père, car votre vie en est absente. Nombreux furent ceux qui ont cherché votre affection, j'en fus le premier, mais vous l'avez toujours refusé. Je crois que par jalousie de mon bonheur, vous m'avez écartelé en me prenant la femme que j'aimais. Vous ne pouvez pas me faire plus mal. Si, vous jugez que je dois mourir, qu'il en soit ainsi... Moi, j'ai la conscience tranquille et vous ? » Un silence gêné s'installa dans la salle du conseil, mais je vis le visage de mon frère prendre une teinte violacée puis il se leva en abattant son poing sur la table. « Va-t-en ! Je te condamne à l'exil ! Si, je te revois à Minas Tirith, c'est au bout d'une corde que tu te balanceras ! Pars et ce avant le coucher du soleil ! » La victoire était mienne, dès le moment où le roi signa l'acte de condamnation à l'exile. Mon cher neveu, si tu savais, il avait voulu te pardonner, mais je l'ai convaincu que l'on ne pouvait laisser pareille infamie avoir un visage dans la capitale. Une heure avant le coucher du soleil, je vis ton étalon noir quitté la cité au galop et mon frère sur la grande terrasse, qui semblait sur le point de s'effondrer.

Théodred Gamedras • Héritier de la maison Gamedras
Avec l'aimable approbation d'Ahotep

La pluie tombait drue lorsque que je vis arriver un étalon noir monté par un homme en noir. Il me fallut quelques minutes pour reconnaitre l'ancien fiancé de ma soeur, l'homme que je considérais comme un membre de notre famille, mais tu n'étais plus que l'ombre de toi-même. « La maison du Rohan offrira-t-elle abris et foyer à celui qui fût votre prince et qui n'est désormais rien de plus qu'un exilé ? » Ta voix semblait si fatiguée et empli de tristesse. Sans aucun doute ou moment de réflexion j'acceptais et qu'importait l'avis de mon père. Ce dernier de toute façon accepta à la seconde demande de ta part. Assis au coin du feu dans la salle d'or, tu tenais un gobelet de vin chaud, enroulé dans une vielle couverture pour te réchauffer. Ton visage n'avait plus l'expression du passé, nulle part ne se trouvait encore le sourire dans tes yeux, l'homme de jadis n'était plus qu'une ombre et une barbe de plusieurs jours en était le témoin. « Que s'est-il passé à Minas Tirith, mon prince ? » Un rire rauque et froid monta de ta gorge avant que tu ne dardes tes prunelles glaces sur moi. « Ne m'appelles plus ainsi, je ne suis plus qu'un paria, un exilé et un homme rongé par la tristesse. J'ai commis un grand péché. » Tu avalas le reste du contenu du gobelet avant de le reposer au sol devant toi et de tourner à nouveau ton regard vers le feu.  « Et malgré ça, je ne le regrette même pas, car c'est le seul péché qui vaille le prix de la damnation éternelle. » J'étais circonspect, après tout je ne suis pas homme vertueux et probablement encore un peu immature à cette époque. « Tu ne vois pas ? Eh bien, c'est l'Amour... J'aimais, j'aime et j'aimerais éternellement ta soeur, à tel point que sa vue m'était devenue insupportable, que la côtoyer m'infligeait la pire des brûlures et que le désir d'obtenir ce qui m'était interdit devenait un enfer. Et j'ai cédé... je l'ai fait à nouveau mienne de nombreuses fois, durant des années dans le plus grand des secrets, mais le roi l'a appris et pire que la mort, il m'a envoyé en exil. » Un autre rictus naquit au coin de tes lèvres, quelque chose qui ne disait rien de bon. « J'aurais préféré la mort, mais même si je retourne à Minas Tirith, je ne l'obtiendrais pas, il me jettera dans une geôle jusqu'à ce que j'en meurs, pour que je souffre, par jalousie et pas défiance. Au moins m'aura-t-il cédé la liberté. » Je ne pouvais certes comprendre cet engagement envers une femme, mais j'appréciais qu'il aille envers ma soeur bien-aimée qui était désormais la proie d'un roi vengeur et égoïste. Cette nuit ne fût pas la dernière où nous échangeâmes des paroles, les jours sont devenus des semaines, les semaines des mois et au bout de six d'entre eux, tu as repris la route. Tu refusas tout net d'emmener quelque écuyer que l'on te conseilla, tu ne souhaitais pas que quelqu'un d'autres partages ta disgrâce et ton malheur. Tu emportas avec toi cependant, la promesse que la maison Gamedras t'accueillerait encore volontiers, si d'aventure tu venais à repasser par ici. Tu promis de m'écrire à chaque fois que tu en sentais le besoin et que tu trouvais un corbeau pour transmettre la lettre, mais jamais de m'indiquer l'endroit où tu te terrais.

Lettre d’Isilthiel Telcontar à Théodred Gamedras

Mon très cher et dévoué ami,

Dix ans, c’est le nombre d’années qui se sont écoulée depuis que tu m’as recueilli sous ton toit après mon départ forcé de Minas Tirith. Depuis toutes ces années, je t’ai rarement écris, je m’en excuse et rarement de long texte. Peut-être est-ce parce que je devais d’abord en parler avec moi-même et accepter ce que je me rendais inacceptable. Que te conter sur ces dix années de voyage… Ma rencontre avec Isen ? Elle n’a rien de très original et j’ose espérer qu’Arod a bien trouvé sa place de retraite dans vos vastes prairies comme me l’avait promis le paysan à qui je l’ai confié.  Mon aventure pour sauver  Elessar d’un fossé dans lequel il était tombé encore chiot… Quelle importance après tout, tu sais désormais que je ne suis plus seul dans mon périple.
Je puis te dire que la Terre du Milieu est plus vaste qu’elle n’y parait et que les cultures qui s’y mélange ont chacune leur lot de surprise et de curiosité. J’ai séjourné chez bien des seigneurs, de petite ou grande noblesse, tous m’étaient sympathiques et amicaux, mais jamais je ne m’attardais. Pourquoi ? Je ne sais. Peut-être par peur de représailles de la part de mon père. Peut-être parce que parfois je sens poindre en eux le désir que j’épouse leur fille, malgré ma condition. Certains, on l’air bien assuré que je retrouverais ma place sur le trône au décès de mon père, mais je ne saurais en être persuadé. Quant à leurs charmantes filles, elles sont souvent capable de me distraire, mais aucune ne pourrait me faire oublier celle que mon cœur réclame et qui est pourtant si loin. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, comme tu me l’as si ardemment conseillé par le passé. Nul bras ne me seront plus doux que les siens, nul baiser plus sucré et nourrissant et aucune pairs d’yeux ne sait me regardé comme elle le faisait. Je crois que j’ai perdu mon âme, le jour où je l’ai perdue.
Je sais, tu me diras encore dans ta prochaine lettre que je dois me faire à cette idée, que même si je parvenais au trône aujourd’hui, une union pareille serait probablement désapprouvée, mais je ne peux m’y résoudre.
Aujourd’hui, mon ami, je veux me confier à toi. Je sais que jamais tu ne me trahiras et j’entends bien faire de même envers toi. Nul doute ne m’est plus permis désormais quant à l’identité de mon dénonciateur. Il ne peut s’agir que de mon oncle Irolir, seul lui était au courant de cette relation adultère que j’entrainais avec Ellinde. Pire encore, il m’a lui-même assuré que ce n’était pas contraire, car mon père abusant lui-même de dame de petite vertu, je ne faisais qu’engager mon amour envers celle qui me fût promise. Aujourd’hui, cet homme est l’héritier du trône à ma place, même s’il lui faudra rompre ses vœux le jour où mon père décèdera. Qu’Ilùvatar nous en garde, mais il pourrait très bien accélérer les choses. Je crains désormais pour mon père, même si je conserve haine et rancœur éternel à son sujet. Si tu le peux, mon frère, mon ami, contacte Théomer, il saura protéger la reine, mais également mon père. Si, je ne l’aime point, je ne souhaite pour autant pas sa mort.
J’ai appris ton futur mariage, permet-moi de te conseiller comme tu le fis jadis. Je connais tes penchants, mais par pitié, ne commet pas l’erreur de mon père d’entretenir si publiquement des maîtresses, ne jette pas le déshonneur et l’opprobre sur ta future épouse ou tu le regretteras un jour, que ce soit par elle ou pas tes enfants.
J'ai envoyé bien des lettres à la capitale pour quelles soient transmises à Ellinde, mais je n'ai jamais eu le moindre retour. Je désespère d'avoir de ses nouvelles, alors si tu le peux, parle m'en dans ta prochaine lettre, je me languis tant d'elle...

Porte toi bien, Théodred, embrasse ta sœur pour moi, salue ton père et ton frère, Éothain. Je passerais bientôt par le Rohan, je m’y engage. Que les Valars veillent sur vous tous et sur le Rohan, ainsi que le royaume.

Ton ami cher et dévoué,
Isilthiel Telcontar.

   
code (c) Auril sur base de crackle bones


Dernière édition par Isilthiel Telcontar le Sam 25 Avr - 1:31, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
RohanRohan
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 93
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 930

♦ Localisation : edoras, la cité des chevaux
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 22:21

*touche son poil velu*
Salut frangin poilu. Teybo. Fais ta fiche.
Adieu.


reign in blood.
Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes: Ils peuvent se tromper comme les autres hommes. Rien ne ressemble plus à un homme qu'un roi. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charmeur de SerpentsCharmeur de Serpents
Voir le profil de l'utilisateur http://thegreatadventure.forumactif.org/
Infos de base
♦ Messages : 130
♦ Date d'inscription : 14/03/2015
♦ Ors : 955

♦ Localisation : Gondor
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 22:46

Bienvenue le poilu



Revenir en haut Aller en bas
avatar
RhûnRhûn
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 46
♦ Date d'inscription : 04/04/2015
♦ Ors : 860

♦ Localisation : Kami
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 22:53

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
I'm not a fucking heroI'm not a fucking hero
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 418
♦ Date d'inscription : 31/03/2015
♦ Ors : 1294

♦ Localisation : Un peu partout au Rohan
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Fermé
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Ven 17 Avr - 23:17

Welcome home ô noble graphiste


L'avantage d'être intelligent, c'est qu'on peut toujours faire l'imbécile, alors que l'inverse est totalement impossible
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GondorGondor
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 863

♦ Localisation : Sur les routes de la Terre du Milieu
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Dim 19 Avr - 18:33

Théo: *tape sur ses doigts* pas touche! Ce sont des années de boulot pour en arrivé à ça! Merci quand même

Thrandy: Merci imberbe!

Zohra: Merci Nana ♥

Eoth: Oui, vénère moi tu peux bien xD


and without you I'm losing my mind

When I fall to my feet Wearin' my heart on my sleeve All I see just don't make sense You are the port of my call You shot and leavin' me raw Now I know you're amazing 'Cause all I need Is the love you breathe put your lips on me and I can live underwater
Revenir en haut Aller en bas
avatar
la louve blanchela louve blanche
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 118
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 934

♦ Localisation : Quelque part dans l'Eriador
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Dim 19 Avr - 19:10

Lancy
Bienvenue et bon courage pour ta fichette !!


I WILL BREAK THE REALM
Les personnes les plus fortes ne sont pas toujours les personnes qui gagnent, mais celles qui n’abandonnent pas quand elles perdent Ashley Hodgeson
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
peuple librepeuple libre
Voir le profil de l'utilisateur http://le-placard-de-narja.weebly.com/
Infos de base
♦ Messages : 51
♦ Date d'inscription : 18/04/2015
♦ Ors : 904

♦ Localisation : Eryn Lasgalen
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Dim 19 Avr - 20:42

Bienvenue sur le forum =) Et bonne fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
GondorGondor
Voir le profil de l'utilisateur
Infos de base
♦ Messages : 56
♦ Date d'inscription : 17/04/2015
♦ Ors : 863

♦ Localisation : Sur les routes de la Terre du Milieu
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP:
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Mer 22 Avr - 11:47

Merci mesdames Smile


and without you I'm losing my mind

When I fall to my feet Wearin' my heart on my sleeve All I see just don't make sense You are the port of my call You shot and leavin' me raw Now I know you're amazing 'Cause all I need Is the love you breathe put your lips on me and I can live underwater
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Jeu 23 Avr - 17:08

Bienvenue parmi nous et bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Leader des BéornidesLeader des Béornides
Voir le profil de l'utilisateur http://thegreatadventure.forumactif.org/
Infos de base
♦ Messages : 187
♦ Date d'inscription : 22/03/2015
♦ Ors : 943

♦ Localisation : Middle Earth
Fiche RPG
Fiche RP
♦ Statut RP: Ouvert
♦ Ma vie & mes possessions:

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way Sam 25 Avr - 1:42


Bienvenue!

il est des nôtres! Il est validé comme nous autres!



Félicitation Isilthiel, tu es validé!

Te voilà dans la cour de l'élite! Dans le camp des validés! En effet, nous avons trouvé que ta fiche correspondait à nos attentes. Nous l'avons trouvée: INCROYABLEMENT BIEN DETAILLEE.

Maintenant, que tu es validé, tu vas pouvoir aller créer ton journal de bord, qui contiendra ta fiche de liens et de sujet. N'oublie pas aussi de vérifier que ton avatar est bien recensé, sinon signale le. On ne sait jamais qu'un membre du staff n'ai pas eu le temps de le faire ou ai simplement oublié de le faire. Si, d'aventure il te faut créer une famille, n'oublie pas de la recenser également.

Il existe également d'autres demandes, mais attention certaines demande un petit paiement, mais grâce au système de points, tu pourras te procurer ce qu'il te faut.

N'oublie pas de remplir consciencieusement ton profil, c'est important! Au moindre doute, tu peux te référer aux annexes, ainsi qu'à leur épilogue, mais également au staff à la moindre question.

Enfin, nous te souhaitons encore une fois la bienvenue, bon jeu et t'invitons cordialement à venir passer du bon temps sur le flood avec les autres membres.


code (c) Auril sur base de crackle bones



Get out of my way 'cause I'm here to stay. I'm the Wild One.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Infos de base
Fiche RPG

Message Sujet: Re: Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way

Revenir en haut Aller en bas

Isilthiel Telcontar ♠ Don't trust anybody, life is safer that way

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wrath of Middle Earth :: L'Admission :: Audiences Royales :: En service-